École de Montréal pour l'enseignement des sciences et de la technologie


À votre santé (3e sec. ST)

Les différentes activités amènent l’élève à se pencher sur ce qu’est une bonne ou une mauvaise habitude de vie et sur les influences qu’ont ces dernières sur la santé. La situation concerne la santé publique, l’élève est donc amené à lire des articles pour se rendre compte de l’état de celles-ci et doit réagir en produisant un document d’information et de sensibilisation.

Auteur(e)s : Maude Bouchard-Fortier, Guillaume Cyr, Eric Durocher, Nadia Renzo et Lisa Traversy

Mise en contexte

Description sommaire

Description sommaire

Ce que c’est

"À votre santé !" propose l’étude de maladies ou de problèmes de santé par le biais des habitudes de vie : celles qui causes les troubles et celles que l’on adopte pour éviter les troubles. Les différentes activités amènent l’élève à se pencher sur ce qu’est une bonne ou une mauvaise habitude de vie et sur les influences qu’ont ces dernières sur la santé. La situation concerne la santé publique, l’élève est donc amené lire des articles pour se rendre compte de l’état de celles-ci et doit réagir en produisant un document d’information et de sensibilisation.

Les contraintes

La situation se déroule en science et doit développer la composante 3, c’est-à-dire : "communiquer à l’aide des langages utilisés en science". Comme contenu scientifique, nous avons choisi de faire étudier aux élèves des maladies ou des problèmes de santé. En ce qui concerne l’aspect de la communication, nous avons décidé de faire produire un document aux élèves : à l’aide du médium de leur choix, ils devront diffuser de façon pertinente les informations scientifiques recueillies durant leurs recherches.

La situation devait développer une composant en éducation physique et à la santé. Nous avons choisi la composante : "adopter un mode de vie sain et actif", car il nous a semblé pertinent de faire un lien entre la santé et la science en utilisant les maladies comme objet d’étude. De plus, nous avons orienté le projet autour du concept d’habitude de vie qui est un concept propre au domaine de l’éducation physique et à la santé.

Nous devions également bâtir une situation d’apprentissage qui soit en lien avec le domaine de formation général "vivre ensemble et citoyenneté". Pour répondre à cette exigence, nous avons tout d’abord décidé de donner un aspect social à notre situation : les élèves s’intéressent à la santé des canadiens et produisent un document visant à informer et à sensibiliser la population. Nous avons approfondi cet aspect en inventant le rôle de ministre de la santé comme expert dans les équipes de travail. Finalement nous avons choisit des formules pédagogiques favorisant l’entraide, le travail en équipe et les interactions entres élèves, notamment les deux activités principales qui se déroulent en enseignement coopératif.

Comme troisième contrainte, notre situation devait s’adresser à un groupe de 38 élèves. Nous avons pour cela décidé de bâtir des activités qui, tout en restant ouvertes, sont tout de même assez encadrées. (Par exemple : les discussions sont dirigées par l’enseignant, les équipe sont formées à l’avance, les thèmes sont imposés) Nous voulions que le déroulement soit connu de l’élève et que ce dernier puisse le suivre aisément. Pour se faire, nous avons créer un cahier de projet qui accompagne et encadre l’élève tout au long du projet : les consignes de chaque activité y sont explicitées et le document nécessaire y sont présentés dans l’ordre où ils doivent être utilisés.

Haut de page

Contexte pédagogique

Contexte pédagogique

La situation d’apprentissage " À votre santé ! " se déroule en première année du deuxième cycle du secondaire. Il peut être intéressant de présenter cette situation d’apprentissage au mois de mars (mois de la santé et de la promotion de la bonne alimentation). Toutefois, elle pourrait être réalisée en tout temps, néanmoins, nous ne la recommandons pas en début d’année scolaire, étant donné le nombre d’élèves dans la classe (38). Il est préférable d’instaurer, au moyen d’une situation d’apprentissage moins ouverte, des routines de fonctionnement et un climat de classe avant de se lancer dans la situation d’apprentissage " À votre santé ! " De plus, cette situation d’apprentissage pourrait être un bon moyen d’introduire les élèves à la notion des systèmes distincts de notre corps, tel que le système digestif, circulatoire, etc.

Haut de page

Conceptions anticipées

Conceptions anticipées

De nos jours, nos modèles de perfection physique ne correspondent pas à la moyenne des humains. La société nous impose, via plusieurs médias comme la publicité envahissante, des critères de santé qui ne sont pas toujours bons pour nous. Depuis quelques années, les régimes et les diètes qui nous font maigrir sont très populaires, mais ne donnent pas toujours les résultats escomptés, ne sont souvent qu’à court terme et ne sont pas toujours bonnes pour notre santé. Il y a également une tendance aux suppléments alimentaires, qui sont parfois dits "naturels", mais les gens en connaissent souvent que trop peu sur la nutrition et ces suppléments. La société d’aujourd’hui est également très sédentaire et protectionniste ; c’est-à-dire que les personnes malades, souvent accablés par leur mauvaise situation, sont portés à faire moins d’efforts physiques. Alors voici quelques fausses conceptions qui découlent de notre vision de la société actuelle :

  • Plus on s’entraîne, plus on est en forme.
  • L’activité physique n’a aucun impact sur la santé mentale.
  • Les personnes âgées, les personnes qui font de l’arthrite, du diabète et/ou qui ont des maladies cardiovasculaires ne devraient pas faire d’activités physiques.
  • Si je mange moins, je serai plus en santé car j’aurai moins de gras.
  • Les migraines ne se traitent pas, il n’y a pas de solutions.
  • Les suppléments de protéines sont sans danger pour la santé parce qu’ils sont naturels.
  • Cette situation d’apprentissage a pour but de confronter les élèves aux conceptions qu’ils ont des saines habitudes de vie aux informations qu’ils trouveront et analyserons. Cette confrontation débute lors de la classification des habitudes de vie en saines et néfastes, où ils auront à justifier ses choix à ses collègues de classe, ressortant ainsi leurs conceptions peut-être erronnées. La confrontation se poursuit et se concrétise dans leurs recherches en équipes d’experts où ils auront à faire face aux causes des troubles de santé. Ces Ils devront également sensibiliser un public cible, qu’ils choisiront, sur ce qu’ils auront trouvé, éliminant ainsi, espérons-le, quelques conceptions erronées qui circulent.

Haut de page

Buts poursuivis par l'enseignant

Buts poursuivis par l’enseignant

L’enseignant, ici, désire éveiller chez l’élève l’esprit critique par rapport au domaine de la santé et le sensibiliser à ce sujet. L’adolescent sera invité à explorer diverses sources d’informations au sujet des habitudes de vie, et de ce fait, à remettre en question certaines habitudes qu’il possède lui-même. Il devra apprendre à juger par lui-même les informations qu’il déniche, et à les reformuler. L’échange entre pairs lui permettra aussi de sensibiliser son entourage et d’apprendre à discuter en groupe. En le plaçant dans un contexte de socialisation, nous l’incitons à développer l’ouverture d’esprit et le respect.

Du point de vue de la santé, l’élève se verra confronté à ses propres habitudes de vie. Il devra donc apprendre à se connaître, à évaluer ses forces et ses faiblesses. En dissociant les bonnes habitudes de vie des mauvaises, le jeune acquiert une idée de ce que représente un mode de vie plus équilibré. Il est à souhaiter que l’élève se sente motivé à entreprendre des choix plus sains pour lui. Étant sensibilisé, il pourra ensuite " rependre cette bonne nouvelle " à son entourage.

Haut de page

Lien avec le programme de formation de l'école québécoise

Lien avec le programme de formation de l’école québécoise

Domaines généraux de formation :

  • Vivre-ensemble et citoyenneté

    L’école est un lieu important de rencontre et d’échange pour les élèves, mais souvent ces rapports ne s’étendent pas au-delà des simples amitiés. C’est pourquoi nous avons choisi d’intégrer à notre situation d’apprentissage l’aspect de travail coopératif. Les élèves seront amenés à travailler ensemble, car la structure du travail d’équipe que nous avons sélectionnée, impose une interdépendance positive entre les membres de l’équipe. En effet, chaque membre devra jouer le rôle d’un spécialiste au sein d’une petite communauté scientifique qui doit se pencher sur la problématique des saines habitudes de vie. Le domaine général de formation (DGF), vivre-ensemble et citoyenneté, cherche à développer " l’implication active des élèves dans les décisions qui les concernent, la résolution collective de problèmes par la discussion et la négociation, les débats sur des questions porteuses d’enjeux variés ainsi que la prise de décision dans un esprit de solidarité et de respect des droits individuels et collectifs "(PFÉQ, p.29). Cette dimension de la situation d’apprentissage s’intègre à l’axe de développement " engagement, coopération et solidarité " du DGF vivre-ensemble et citoyenneté qui vise les principes, les règles et les stratégies du travail d’équipe ainsi que l’entraide des pairs.

  • Santé et bien-être

    Le principal but de cette situation d’apprentissage est d’amener les élèves à connaître et comprendre l’importance d’adopter de saines habitudes de vie. C’est justement l’intention éducative du DGF santé et bien-être : " amener l’élève à se responsabiliser dans l’adoption de saines habitudes de vie sur le plan de la santé, de la sécurité et de la sexualité "(PFÉQ, p.23) . Ce DGF est donc le point central de notre situation d’apprentissage. D’ailleurs, de nombreuses études ont déterminé qu’un nombre d’heures de sommeil et d’exercice physique approprié ainsi que le fait de bien manger augmentait considérablement l’attention des élèves en classe et par le fait même, augmentaient la réussite scolaire(Éthier, C.(2005), p.29). C’est pourquoi, en tant qu’enseignants, nous devons donner les moyens aux élèves d’adopter de meilleures habitudes de vie.

  • Médias

    Les médias ne cessent de faire état des problèmes de santé de notre société. Même le gouvernement met sur pied de nombreux programmes et publie de nombreux ouvrages sur le sujet. Étant donnée la grande présence des médias dans le domaine de la santé, nous toucherons à l’intention éducative du DGF médias soit : " Amener l’élève à faire preuve de sens critique, éthique et esthétique à l’égard des médias et à produire des documents médiatiques respectant les droits individuels et collectifs " (PFÉQ, p.27). Les élèves devront, tout au long de ce projet, utiliser et tirer profit des diverses ressources médiatiques et au bout du compte, concevoir leurs propres documents médiatiques respectant les droits individuels et collectifs.

Compétences transversales :

  1. Ordre intellectuel
    Exploiter l’information

    Cette situation d’apprentissage amènera les élèves à lire différents articles de journaux et à rechercher plusieurs informations sur une maladie ou un problème de santé. Cet aspect de la situation d’apprentissage permettra à l’élève de " découvrir l’étendue et la richesse de la documentation disponible "(PFÉQ, p.36) et de s’approprier des savoirs à la suite de ces lectures, ce qui fait partie intégrante de la compétence transversale " exploiter l’information ". Dans cette situation d’apprentissage, nous nous attarderons particulièrement à la composante " Tirer profit de l’information ".

    Exercer son jugement critique

    Exercer son jugement critique est une démarche très complexe, même pour les adultes, car elle implique un réflexion critique et un dépassement des simple impressions : " Cet exercice suppose que l’on soit capable de dépasser les stéréotypes, les préjugés, les idées préconçues et les évidences intuitives au projet d’une analyse rigoureuse[...] "(PFÉQ, p.40) Le domaine de la santé est un domaine ou abondent les stéréotypes, les préjugés et les idées préconçues. On entend souvent dire : " je peux pas faire d’exercice, je suis asthmatique ", ou bien : " les gros, c’est tous des paresseux ", etc. C’est pour ces raisons que nous voulons, à l’aide de cette situation d’apprentissage, développer chez l’élève son jugement critique afin qu’il s’initie aux étapes du jugement : " Quel que soit l’objet de la réflexion, il faut pouvoir apprécier les enjeux, considérer les faits, en évaluer l’exactitude et les mettre en perspective de façon à relativiser sa position "(PFÉQ, p.40) Cette compétence sera touchée principalement lors des activités de discussion au début du projet et à la fin du projet.

    Mettre en œuvre sa pensée créatrice

    Cette situation d’apprentissage incite les élèves à développer leur créativité et leur originalité lors de l’élaboration du concept et du choix de média pour leur campagne de sensibilisation quant au maintien de la santé par de saines habitudes de vie. " [...] Proposer aux élèves des situations apprentissage qui les incitent à exploiter leurs ressources personnelles, de leur soumettre des problèmes qui comportent plus d’une solution, de privilégier des situation qui stimulent l’imagination et de valoriser la diversité et l’originalité des démarches plutôt que leur uniformité. "(PFÉQ, p.42)

  2. Ordre méthodologique
    Exploiter les technologies de l’information et de la communication

    Les élèves devront utiliser, à plusieurs occasions, les technologies de l’information et de la communication durant cette situation d’apprentissage. D’une part, ils devront rechercher, à l’aide des différents outils comme les terminaux de la bibliothèque, des Cd-roms ou Internet, des informations sur la maladie ou le problème de santé qu’ils auront pigé. D’autre part, l’élève devra, en fin de projet, réaliser un travail écrit ou une présentation à l’aide des différents outils technologiques disponibles à l’école (exemple : Word, PowerPoint, etc.) Cette utilisation des TIC permettra à l’élève de développer la composante "tirer profit de l’utilisation de la technologie" de la compétence "Exploiter les technologies de l’information et de la communication". De plus, les TIC sont un bon moyen d’enrichir la communication qui est la compétence disciplinaire visée dans cette situation d’apprentissage : "Dans ce type de communication, le recours aux technologies de l’information et de la communication peut s’avérer tuile ou offrir un enrichissement substantiel"(PFÉQ, p.280)

  3. Ordre personnel et social
    Coopérer

    La présente situation d’apprentissage se concrétise à l’aide d’une interdépendance positive des différents membres de l’équipe. En effet, les élèves travaillent en équipe d’experts afin de pouvoir apporter, à leur équipe-projet, des informations et des connaissances nécessaires à la réalisation de l’activité. D’ailleurs, le programme de formation de l’école québécoise propose cette formule lorsque nous avons un projet d’envergure à faire vivre aux élèves " Ce dernier s’avère particulièrement utile à la réalisation de tâches ou à l’atteinte d’objectifs dont l’ampleur ou la complexité exigent la combinaison de forces de chacun."(PFÉQ, p.50) C’est donc à travers ce travail d’interdépendance que nous chercherons à développer chez les élèves la composante " tirer profit du travail coopératif " de la compétence transversale " coopérer ".

  4. Ordre de la communication
    Communiquer de façon appropriée

    En lien avec la compétence transversale précédente, les élèves devront communiquer, tout au long de la situation d’apprentissage, avec les différents membres de leur équipe. La compréhension même des informations transmises par l’élève repose sur la compétence à communiquer. De plus, les équipes réaliseront en fin de projet un travail écrit ou oral afin de rendre compte des connaissances acquises. Puisque cette compétence sera évaluée dans la compétence disciplinaire en science et technologie, nous n’approfondirons pas cette compétence transversale.

Compétences disciplinaires (et composantes) :

Science et technologie :

  • Communiquer à l’aide des langages utilisés en science et technologie

    "Cette compétence se développe dans des situations où l’élève partage avec ses pairs le fruit de son travail et les démarches qu’il a utilisées ou encore lorsqu’il recherche auprès d’experts des réponses à un questionnement."(PFÉQ, p.280) Les élèves devront, en tant qu’experts, chercher des réponses à des questions liées à leur domaine d’expertise et par la suite, communiquer le résultat de ces lectures avec leurs collègues. Cette forme de travail, permettra aux élèves de développer des habiletés à produire et à transmettre un message à caractère scientifique. De plus, à la fin du projet, les élèves devront produire sous forme écrite ou orale un document expliquant les conclusions de leur recherche qui porte sur l’effet d’adopter de saines habitudes de vie sur un problème de santé ou une maladie. L’élève sera amené à adopter plusieurs formes de communication différentes selon qu’il s’adresse à ses collègues ou à la population lors de son travail final. Les trois composantes de la compétence seront touchées, soit : participer à des échanges d’information à caractère scientifique et technologique, interpréter et produire des messages à caractère scientifique et technologique et divulguer des savoirs ou des résultats scientifiques et technologiques.

Éducation physique et à la santé :

  • Adopter un mode de vie sain et actif

    L’objectif principal de notre situation d’apprentissage est d’encourager les élèves à adopter de saines habitudes de vie. "Cette recherche d’information favorise la réflexion, les discussions et la confrontation des perceptions relatives aux habitudes de vie des adolescents, plus particulièrement à la pratique d’activités physiques, à l’alimentation, à la consommation de substances nocives pour la santé, au sommeil, au stress et à l’hygiène corporelle"(PFÉQ, p.480). C’est pourquoi la composante "Analyser les effets de certaines habitudes de vie sur sa santé et son bien-être" de la compétence "adopter un mode de vie sain et actif" sera développée et évaluée.

Contenu notionnel :

Science et technologie :

En science et technologie, peu de contenus explicitement prescrits par le programme du premier cycle sont abordés par la situation d’apprentissage. Les différentes activités touchent néanmoins toutes de près ou de loin au concept général du maintient de la vie et s’inscrivent par conséquent dans l’univers vivant. Par contre, des contenus normalement prescrits pour le deuxième cycle du secondaire sont abordés par la situation, notamment ceux des différents systèmes du corps humain (systèmes digestif et cardiovasculaire) ainsi que celui de la nutrition.

Dans le programme du premier cycle du secondaire, le concept général le plus en lien avec cette situation d’apprentissage est le maintien de la vie. Les concepts prescrits relatifs à ce concept général qui sont principalement abordés dans la situation sont les intrants et extrans (énergie, nutriments, déchets). Le concept de la cellule animale, bien que moins directement relié à l’objet de l’activité, peut également être abordé. Ces deux contenus se retrouvent à la page 286 du programme de formation de l’école québécoise. Dans la section des repères culturels possibles, on parle également des drogues et des poisons sous le thème de la santé physique et mentale. Les substances toxiques, et en particulier les drogues, sont un des objets traités par les équipes d’experts.

Dans le programme de deuxième cycle (non-officiel), pour la première année du cycle, en page 256 et 257, on retrouve les concepts généraux de la nutrition, de la circulation et des échanges gazeux ainsi que ceux de l’excrétion. La nutrition est un concept incontournable qui constitue une composante essentielle du noyau dur de l’activité. Elle est en lien avec l’un des quatre rôles d’expert, soit celui du nutritionniste. On y retrouve des concepts prescrits tels que les types d’aliments et leur valeur nutritive. La circulation fait également partie du noyau dur, car elle s’inscrit dans l’expertise du kinésiologue. On traitera aussi des concepts prescrits suivants : le système circulatoire, l’hygiène de celui-ci, les échanges gazeux, l’excrétion ainsi que les autres concepts prescrits contenus dans les sections nutrition et circulation. Ce sont des concepts qui seront peut-être touchés par certaines équipes, ils font donc partie du noyau mou.

Éducation physique et à la santé :

Dans cette discipline, les contenus du premier cycle collent plus facilement à notre situation d’apprentissage que ceux de la science et de la technologie. Les contenus d’éducation physique et à la santé qui sont traités dans notre projet renvoient tous à la compétence " adopter un mode de vie sain et actif ". Il y a deux savoirs qui sont spécialement abordés : les saines habitudes de vie et les habitudes de vie néfastes, en page 484 et 485 du programme de formation et qui font partie du noyau dur de l’activité. Les activités proposées par le projet traitent entre autres de la pratique régulière d’activités physiques, de ses bienfaits tant psychologiques (sommeil, détente) que physiques. Elles traitent également de l’alimentation, des effets des drogues, du tabac, de l’alcool et des suppléments alimentaires. Il est possible également, mais cela de façon plus éloignée, de parler du système musculo-squelettique. En effet, ce dernier sujet pourrait être abordé par les experts-kinésiologues concernant certains troubles de santé, notamment l’obésité.

Spécifions qu’il n’y a pas de différence marquée entre les contenus prescrits par le premier cycle et ceux annoncés par le deuxième.

Haut de page

Matériel

Matériel

  • 40 Cahier de projet de l’élève (nous sommes prévoyants).
  • 10 copies des 4 paquets de deux articles (liste d’articles).
  • 6 Cartons de chacune des 10 couleurs (rouge, orange, jaune, rose, mauve, bleu, vert, brun, blanc, noir). Format de 5cm par 5 cm.
  • 10 cartons de chacun des rôles de l’expert (nutritionniste, kinésiologue, ministre de la santé et toxicologue). Format 5cm par 5cm.
  • 1 Film documentaire "Supersize me" de Morgan Spurlock (source image  : http://www.imdb.com/title/tt0390521/).
  • Le plus de postes Internet possibles (mais au minimum 9).
  • Autant d’Ouvrages de références du type "encyclopédie" et autre qu’il est possible d’en trouver.
Haut de page

Réalisation

Déroulement général

La première activité constitue le déclencheur du projet en abordant le thème général des habitudes de vie. Les élèves doivent identifier parmi une liste les habitudes de vie qu’ils ont, puis classer les habitudes de la liste en deux catégories (bonnes ou mauvaises). Des équipes sont ensuite formées et les membres doivent confronter leur vision et déterminer des critères qui leur permettent de différencier ce qui est sain de ce qui est malsain. Le résultat de ces discussions est ensuite partagé avec le reste du groupe.

Des articles sur la santé de la population canadienne sont ensuite remis à chaque élève ; les membres d’une même équipe ont des articles différents. Chaque élève doit lire les articles et répondre aux questions qui suivent à la maison. Une fois en classe, les élèves partagent entre coéquipiers le contenu de leurs articles, puis ils discutent avec le reste du groupe de l’état de santé général des Canadiens.

Des rôles sont ensuite attribués à chacun des membres de l’équipe, soit : nutritionniste, kinésiologue, toxicologue et ministre de la Santé. Chaque expert rejoint une équipe d’experts dans le même domaine que lui. Ces équipes d’experts doivent rechercher les bonnes et les mauvaises habitudes reliées à leur domaine ainsi que les troubles de santé qui peuvent découler des habitudes malsaines. Le ministre doit quant à lui s’intéresser aux statistiques et aux campagnes de sensibilisation de la population à la santé publique.

Les élèves retournent ensuite à leur équipe de base et l’enseignant attribue à chaque équipe un trouble de santé (insomnie, hypertension, obésité et diabète) qu’ils auront à analyser plus en profondeur par le biais de leur expertise respective. Les équipes devront choisir une manière de diffuser l’information qu’ils auront trouvée sur leur trouble de santé de manière à pouvoir sensibiliser la population aux habitudes devant être adoptées ou évitées pour rester en bonne santé.

Finalement, un retour sur le projet est effectué sous la forme d’une discussion suivant le visionnement d’un reportage (supersize me). La discussion s’oriente autour des thèmes suivants : De façon générale qu’est-ce qui est bon/mauvais pour la santé ? Les mêmes habitudes de vie influencent différents fonctionnements du corps. De quelles manières ? Toutes les informations disponibles sur la santé sont-elles aussi pertinentes ? Que penser de ce reportage ? Comment le prendre ?

Haut de page

Déroulement détaillé

Contextualisation Durée : 2 périodes

Contextualisation Durée : 2 périodes

Cours 1

Contextualisation :

Activité :

  • Introduire le projet

Rôle de l’enseignant :

  • Aborde le sujet de l’influence des habitudes de vie sur l’état de santé général des gens en discutant et en questionnant les élèves quant à des campagnes de sensibilisation (Vas-y, fait le pour toi !) via les médias. (15 min)
  • Distribue le Cahier de projet qui servira à garder toutes les traces de leur cheminement.(2 min)

Rôle de l’élève :

  • Écoute, participe aux échanges et répond aux questions lorsqu’il se sent apte à partager ses impressions, ses constatations ou même ses connaissances sur le sujet.
  • Restent silencieux. Il reçoit son Cahier de projet et prend le temps de l’identifier et d’y jeter un œil, en attendant que tous l’ait reçu.

Administration :

Activité :

  • Réflexion individuelle guidée

Rôle de l’enseignant :

  • Présente un liste, provenant du Cahier de projet, d’habitudes de vie discutables au point de vue de leurs impacts sur la santé.(5 min)
  • Répond individuellement aux questions.(13 min)

Rôle de l’élève :

  • Écoute, participe aux échanges et répond aux questions lorsqu’il se sent apte à partager ses impressions, ses constatations ou même ses connaissances sur le sujet.
  • Restent silencieux. Il reçoit son Cahier de projet et prend le temps de l’identifier et d’y jeter un œil, en attendant que tous l’ait reçu.
  • Consultation et partage des idées en équipes
  • Forme les équipes en îlots de travail avec les bureaux voisins (2 équipes de 5 / 7 équipes de 4).(3 min)
  • Circule entre les îlots et répond aux questions.(18 min)
  • Déplacent les bureaux selon les instructions de l’enseignant.
  • Comparent leurs réponses et s’entendent sur une classification. À partir de cette classification ils doivent faire ressortir les critères de classification sur lesquels ils jugent pouvoir se baser pour déterminer ce qu’est une saine habitude de vie et une habitude de vie néfaste.

Institutionnalisation :

Activité :

  • Consensus de classe

Rôle de l’enseignant :

  • Anime une petite discussion et donne le droit de parole. Il demande à chaque porte-parole d’équipe de lui énumérer rapidement ses critères et en dresse une liste au tableau.(12 min)
  • Demande aux élèves de prendre la liste finale en note.(3 min)
  • L’enseignant annonce le contenu du prochain cours et remet aux élèves des articles à lire à la maison d’ici le cours suivant.(4 min)

Rôle de l’élève :

  • Les portes-parole divulguent au reste de la classe les critères qui ont été établis dans leur équipe et ils attendent que l’enseignant leur donne le droit de parole. Les autres membres de l’équipe sont attentifs et silencieux.
  • Prennent en note les critères inscrits au tableau qui peuvent compléter leur liste.
  • Écoutent et ensuite rangent leur matériel en silence.
Cours 2

Contextualisation :

Activité :

  • Présentation de faits d’actualité.

Rôle de l’enseignant :

  • Présente des faits d’actualité en lisant des extraits de journaux, de revues, en présentant un extrait du bulletin de nouvelle traitant de la santé des canadiens. (10 min)
  • Questionne les élèves pour savoir s’ils ont entendu d’autres faits intéressants en lien avec le sujet dans différents média. (2 min)

Rôle de l’élève :

  • Écoutent silencieusement.
  • Attendent le droit de parole et partagent leurs informations que l’enseignant commente avec le reste de la classe.

Administration :

Institutionnalisation :

Activité :

  • Discussion.

Rôle de l’enseignant :

  • Fait un retour sur les articles distribués au dernier cours. Demande aux élèves de donner brièvement leurs impressions. (3 min)

Rôle de l’élève :

  • Les élèvent qui le souhaitent ou que l’enseignant désigne, font des commentaires rapides sur ce qu’ils ont lu à la maison.
  • Consultation et partage des idées en équipes.
  • Invite les élèves à désigner parmi eux l’animateur, le porte-parole de l’équipe, le responsable du temps/matériel, le secrétaire. (1 min)
  • Laisse les élèves discuter des articles selon les questions fournies pour les guider. Circule entre les équipes pour vérifier que tout le monde est " à l’ordre " ! Répond aux questions au besoin. (42 min)
  • Choisissent un porte parole, un responsable temps/matériel, un secrétaire et un animateur.
  • Discutent du contenu des articles qu’ils ont lus à la maison en orientant leurs propos avec les questions du cahier de projet. Expriment leurs opinions sur la pertinence et l’exactitude des articles. Peuvent, recourir au bol à questions pour alimenter leur discussion.

Activité :

  • Rappel.

Rôle de l’enseignant :

  • Désigne un par un le porte-parole de chaque équipe pour qu’il résume les propos tenus par leurs coéquipiers lors de la discussion critique.(10 min)
  • Formule un résumé des propos des élèves pour qualifier l’image qu’offre les média quant à l’état de santé général des canadiens.(2 min)
  • Clos l’activité et en expliquant plus en détails la tangente que prendra le projet aux cours des prochaines périodes.(5 min)

Rôle de l’élève :

  • Restent silencieux et respectent le droit de parole le temps que les porte-paroles de toutes les équipes aient eu le temps de partager le fruit de leur discussion.
  • Restent silencieux et prennent la conclusion en soi dans leur cahier de projet.
  • Écoutent en silence et ramassent leur matériel avant de quitter.
Haut de page
Administration

Administration Durée : 6 périodes

Cours 3

Contextualisation :

Activité :

  • Accueil.

Rôle de l’enseignant :

  • Explique brièvement le déroulement de la période.(2 min)

Rôle de l’élève :

  • Écoutent silencieusement.
  • Division des experts
  • Demande aux élèves de regarder sous le bureau pour découvrir leur domaine d’expertise. (1 min)
  • Invite les "experts" du même type à se regrouper en petites équipes de 4 ou 5. (3 min)
  • Explique le déroulement de la période dans le temps. (2 min)
  • Regardent sous le bureau pour découvrir leur domaine d’expertise ( Ministre, Kinésiologue, Nutritioniste ou Toxicologue).
  • Se regroupent en équipe de 4 experts.
  • Les élèves écoutent en silence.

Administration :

Activité :

  • Devenir des experts.

Rôle de l’enseignant :

  • Demande aux élèves de faire des recherches et de prendre le temps ensemble de devenir des experts efficaces. Il circule entre les équipes et oriente les élèves à travers les différentes sources d’informations.(52 min)

Rôle de l’élève :

  • Les élèves ont pour mandat de faire des recherches afin de s’informer de leur rôle d’expert quant au maintien de la santé et à ce qu’ils visent, ce qu’est leur idéal, en tant que spécialiste. Ils doivent également, si le temps leur permet, commencer à s’informer des trouble de la santé les plus fréquents avec lesquels ils doivent intervenir et comment ils le font.

Institutionnalisation :

Activité :

  • Retour

Rôle de l’enseignant :

  • Retour sur l’activité et permet à certains individus de groupes d’experts variés de partager ce qu’ils ont trouvé comme informations. (10 min)
  • L’enseignant répond aux questions et prend le temps d’apporter quelques précisions quant au rôle que jouent chacun des experts au sein de leur équipe de base. (2 min)
  • Explique rapidement le déroulement du prochain cours et donne des indications aux élèves pour se préparer à se lancer au cœur du projet. Informe du déroulement de la phase de réalisation. (4 min)

Rôle de l’élève :

  • Écoutent et participent à la synthèse du cours.
  • Les élèves posent leurs questions en respectant le droit de parole et écoutent les précisions de l’enseignant.
  • Écoutent et prennent en note les indications.
Cours 4 à 8

Activité :

  • Accueil (période 1, 3 min.)

Rôle de l’enseignant :

  • Fait un bref rappel du déroulement de la période. Indique ses exigences ainsi que le temps qu’il est alloué aux élèves pour la réalisation de l’activité 4 et les encourage à utiliser efficacement ce temps.

Rôle de l’élève :

  • Écoutent les précisions de l’enseignant en silence.
  • Distribution de tâche. (période 1)
  • Fait piger au hasard à un membre de chaque équipe, un problème de santé ou une maladie. (2 min)
  • Explique aux élèves qu’ils devront s’informer des causes du problème de santé et de la maladie selon les différents domaines des spécialistes de leurs équipes et en venir au bout du comptes à y trouver des solutions et à monter un programme de sensibilisation original, accrocheur mais surtout exacte dans ses informations, et ce en 4 périodes. Il leur mentionne que les étapes du projet sont aussi inscrites dans leur cahier de projet. (10 min)
  • L’enseignant répond ensuite aux questions d’ordre général. (3 min)
  • Attendent en silence et les animateurs pigent un problème de santé ou de maladie.
  • Écoutent attentivement en silence et peuvent suivre les étapes et prendre des notes dans leur cahier de projets s’ils le souhaitent.
  • Les élèves posent leurs questions d’ordre général.
  • Plan de recherche et diatribution de tâches. (période 1, 20 min.)
  • Invite les élèves à monter un plan de recherche et à se distribuer des tâches simples et claires. Homologue les list_arrows qu’il juge complète et donne le signal aux équipes pour commencer le travail.
  • Montent un plan de recherche et se distribuent les tâches. Inscrivent le tout dans leur cahier de projet. Dès qu’ils ont terminé, ils doivent faire homologuer le tout par l’enseignant.
  • Recherche guidée (période 1, 25 min) (période 2, 65 min) (5 min sont prévue en début et en fin de période pour accueillir ou ranger le matériel et replacer la classe.)
  • Répond aux questions lorsque c’est nécessaire, encadre les équipes dans leur travail, rencontre certains individus pour régler des conflits. Joue le rôle de guide dans les apprentissages.
  • Effectuent leurs recherches selon le plan fixé en équipe et selon des questions d’orientations qui leur sont fournies dans leur cahier de projet. Ils se regroupent de temps à autre en équipe complète pour partager les informations intéressantes qu’ils ont trouvées.
  • Mise en commun des informations et concept. (période 3, 32 min.) (5 min sont prévue en début et en fin de période pour accueillir ou ranger le matériel et replacer la classe.)
  • Répond aux questions lorsque c’est nécessaire, encadre les équipes dans leur travail, rencontre certains individus pour régler des conflits. Joue le rôle de guide dans les apprentissages. Prend en note le matériel audio-visuel dont les élèves auront besoin pour le réserver.
  • Se regroupent avec toutes les informations qu’ils possèdent. S’organisent de façon appropriée, et rédigent des résumés précis. Trouve un concept de campagne de sensibilisation et déterminer quel média ils comptent utiliser pour la diffusion. Préviennent l’enseignant du matériel audio-visuel dont ils auront besoin lors de la présentation de leur travail afin que celui-ci puisse le réserver.
  • Mise sur pied de la campagne de sensibilisation (périodes 3, 33 min) (période 4, 65 min)(5 min sont prévue en début et en fin de période pour accueillir ou ranger le matériel et replacer la classe.)
  • Répond aux questions lorsque c’est nécessaire, encadre les équipes dans leur travail, rencontre certains individus pour régler des conflits. Joue le rôle de guide dans les apprentissages.
  • Travaillent sur le concept de leur campagne de sensibilisation et bâtissent l’aboutissement de leur projet.
  • Présentation du prototype de campagne de sensibilisation. (période 5) (5 min sont prévue en début et en fin de période pour accueillir ou ranger le matériel et replacer la classe.)
  • Fait le tour des équipes avec les élèves pour chaque équipe. (50 minutes)
  • Circule et recueil les votes des élèves et les comptabilise. (15 minutes)
  • Profite de l’occasion pour féliciter tous les élèves pour leur travail et pour annoncer en ordre, de la troisième à la première position, le choix des élèves et fait sa " mention spéciale de prof " ! (5 minutes)
  • Présentent rapidement aux autres élèves leur travail. Ils on environ 5 minutes pour " vendre " leur concept aux autres !
  • Circulent librement entre les projets exposés et vote pour le concept qu’ils préfèrent.
  • Les élèves écoutent, et au signal de l’enseignant ramassent leur matériel.
Haut de page
Institution

Institutionnalisation Durée : 2 périodes

Cours 9 à 10

Contextualisation :

Activité :

  • Accueil (9ième période)

Rôle de l’enseignant :

  • Présente le déroulement de l’activité rapidement. (film + discussion + résumé commenté)

Rôle de l’élève :

  • Écoutent en silence

Administration :

Activité :

  • Présentation du film "Supersize Me" (9ième et 10ième période)

Rôle de l’enseignant :

  • Écoute le documentaire avec les élèves, prend des notes et s’assure que les élèves font de même !

Rôle de l’élève :

  • Écoutent le vidéo, notent certains faits qui les marquent, les choquent, ils notent leurs impressions quant à la valeur scientifique de ce documentaire dans leur cahier de projet.
  • Discussion de classe (10ième période)
  • Invite à émettre des commentaires quant au contenu de ce documentaire, à ses conclusions en ce qui a trait à la santé des nord-américains, à la valeur scientifique d’un tel film,...
  • Émettent leurs commentaires et critiquent en respectant le droit de parule.

Institutionnalisation :

Activité :

  • Retour sur l’ensemble du projet. (10ième période)

Rôle de l’enseignant :

  • Invite les élèves pour clore le projet, à rédiger un bref texte résumant ce qu’ils en ont retenu et ce qu’ils pensent de l’état de santé des canadiens et de la valeur des médias quant à la diffusion d’informations dites scientifiques à ce sujet.
  • Ramasse les cahiers de projet de chacun et ferme la situation d’apprentissage.
  • Annonce le prochain cours.

Rôle de l’élève :

  • Remplissent la fiche retour dans leur cahier de projet.
  • Remettent leur cahier de projet complet à l’enseignant.
  • Écoutent.
Haut de page
Évaluation

Évaluation

Dès la première période, l’enseignant présente aux élèves les critères d’évaluation qui seront utilisés durant ce projet. Pour commencer, dès le début du projet, il faudra inviter les élèves à être prudents avec leurs sources d’information et d’en vérifier la pertinence. De plus, l’enseignant fera attention de ne pas mentionner qu’ils seront évalués de façon formative durant les 3e et 4e périodes de l’activité 4. Effectivement, il est souhaitable de les voir agir "au naturel" durant les discussions. Néanmoins, ils devront être informés que l’évaluation sommative aura lieu à la 5e période de l’activité 4. Il s’agira d’ailleurs de la période de l’exposé oral et de la remise du matériel de sensibilisation (cassette, site web, brochure, etc.).

Les moments d’évaluation

Pour commencer, durant la 4e activité, pendant les périodes 3 et 4 (à la partie f Mise sur pied de la campagne de sensibilisation du plan de cours détaillé) l’enseignant se promène dans la classe pendant que les élèves discutent des articles et les évalue en même temps. Pour se faire, il se promène avec les deux grilles et une liste des noms des élèves où on retrouve plusieurs colonnes (exemple liste de noms) et marque l’échelon correspondant, pour chacune des deux composantes, celle qui s’applique le mieux à chaque élève. Pour commencer, il s’arrête à l’un des îlots et écoute ce que disent les élèves. Si le contenu discuté contient assez d’éléments observables pour lui permettre d’évaluer les caractéristiques requises (grille d’évaluation 1, grille d’évaluation 2), il peut marquer immédiatement la note. S’il n’est pas satisfait de ce qu’il voit ou qu’il y a des lacunes qui l’empêchent d’évaluer ce groupe, il joue le rôle d’animateur pour quelques instants et pose des questions incitant les élèves à démontrer les caractéristiques recherchées. Au moment où deux notes sont attribuées pour chaque membre de cette équipe, l’enseignant passe à une autre équipe et répète les étapes décrites dans ce paragraphe. Il est à noter que pour l’instant, toutes les notes produites sont à titre d’évaluation formative ou d’accompagnement. Elles seront utiles lors des évaluations sommatives, car elles permettront de constater ou non une évolution dans la maîtrise des composantes évaluées. Notez que l’utilisation de deux périodes est très importante, car à 38 élèves, l’évaluation peut s’avérer un peu longue.

Finalement, à la 5e période de l’activité 4, les élèves seront invités à présenter, équipe par équipe, leur travail de sensibilisation. Durant les présentations, l’enseignant procède à une autre évaluation, sommative cette fois-ci. Il s’agit encore une fois du même procédé (grille d’évaluation 1 et la liste des noms) avec pour seule nuance qu’il n’évalue que la composante "Interpréter et produire des messages à caractère scientifique". Durant la présentation orale, n’ayant qu’une seule composante à évaluer, il peut se concentrer davantage. Une fois la présentation terminée, s’il n’est pas satisfait, il peut poser quelques questions aux élèves pour recueillir d’autres caractéristiques observables et produire sa note.

À la fin de cette activité, les élèves laissent leur matériel de sensibilisation à l’enseignant. Celui-ci, à tête reposée, peut évaluer de façon sommative la composante "Analyser les effets de certaines habitudes de vie sur sa santé et son bien-être" (grille d’évaluation 2). Par le contenu du matériel présenté, il pourra évaluer la capacité de compiler et de différencier les bonnes habitudes de vie des mauvaises.

Fonctionnement des grilles

Les deux grilles fonctionnent approximativement de la même façon. Nous partons la lecture à l’échelon D. Si l’élève possède les caractéristiques décrites pour cet échelon, nous pouvons nous permettre de regarder celles de l’échelon C. S’il ne se qualifie pas pour C, il reste à D. S’il répond aux attentes de C, il peut obtenir cette note. Ensuite, si l’on regarde les critères de B et qu’il y répond tous, il peut rester à B. Le même processus se répète pour A. Il faut noter que l’élève doit absolument répondre à tous les critères d’un échelon pour conserver cette note, sinon, il descend d’un échelon. Ici, la frontière entre la réussite et l’échec s’établit entre la lettre C et D. Pour faciliter l’évaluation, l’appréciation est traitée en expressions positives lorsque l’élève est en situation de réussite alors qu’elles sont négatives s’il tend vers l’échec.

Concernant la composante "Analyser les effets de certaines habitudes de vie sur sa santé et son bien-être"

Puisque le projet "À votre santé !" se déroule strictement dans le cadre des cours de science et technologie, nous avons décidé de modifier un tant soit peu la composante liée à l’éducation physique et à la santé pour lui donner une saveur un peu plus scientifique. Effectivement, alors que les critères originaux se concentrent plutôt sur les habitudes (saines et malsaines) de l’élève, ceux présentés dans notre grille d’évaluation deviennent un peu plus élargis. L’élève devra être capable de trouver des habitudes de vie (que ce soit les siennes ou celles d’autres) et de les mettre en relation avec certaines maladies ou certains troubles de la santé. Finalement, un élève bien consciencieux de la santé et de la société sera capable de communiquer ces informations et de sensibiliser la population. De ce fait, nous touchons, grâce à cette grille, le domaine général de formation Vivre-ensemble et citoyenneté.

Échelle descriptive

  • Compétence disciplinaire : Communiquer à l’aide des langages utilisés en science et technologie.
  • Composante : Interpréter et produire des messages à caractère scientifique et technologique.
Échelon / Appréciation

A L’élève possède plusieurs sources d’information et ses informations sont fiables et pertinentes. De plus, il s’exprime de façon fluide à l’aide du langage scientifique (à l’écrit et à l’oral) ; il ne cherche pas ses mots et le contexte dans lequel les termes sont employés respecte la définition scientifique.

B L’élève possède plusieurs sources d’information et ses informations sont fiables et pertinentes. De plus, il s’exprime avec hésitation à l’aide du langage scientifique (à l’écrit et à l’oral) ; il utilise les termes adéquats, mais cherche parfois ses mots ou bien se trompe dans ses définitions. Il a conscience de ses erreurs de vocabulaire et il tente de les corriger.

C L’élève possède plusieurs sources d’information ou ses informations sont fiables et pertinentes. De plus, il emploie quelques termes (à l’écrit et à l’oral) provenant du vocabulaire scientifique, sans toutefois l’utiliser selon la définition établie dans le langage scientifique. Il commet des erreurs de vocabulaire sans en être conscient.

D L’élève ne possède pas plusieurs sources d’information, et les informations ne sont pas fiables ni pertinentes. De plus, l’élève ne présente pas ses informations (à l’écrit et à l’oral) en utilisant les termes scientifiques adéquats, mais plutôt un vocabulaire vague et inapproprié.

Haut de page

Réinvestissement possible

Réinvestissement possible

À la fin de ce projet, nous présumons qu’il serait intéressant d’aborder l’étude des différents systèmes du corps humain. Ainsi les jeunes pourront facilement établir des liens entre la matière vue durant le projet et les nouvelles notions présentées. Il s’agit d’une occasion en or de réinvestir leurs récents acquis. Les thèmes généraux pourraient consister en : le système digestif, le système circulatoire et le système musculaire. Ces trois systèmes majeurs permettent d’appliquer directement les notions vues durant le projet " À votre santé !" et, de ce fait, servent de tremplin pour introduire les autres systèmes (tels le système endocrinien, le système nerveux, le système respiratoire, le système excréteur...)

De plus, dans le cadre du cours d’éducation physique et à la santé, nous recommandons de poursuivre le thème du projet en permettant aux élèves d’élaborer un plan d’activités physiques visant au maintient de la santé.

Finalement, il pourrait être intéressant de diffuser les différents messages de sensibilisation à l’échelle de l’école en entier. Grâce au journal étudiant, la radio étudiante, le site web de l’école ou à l’aide d’affiches (bref, tout média approuvé par l’enseignant et la direction), les élèves auront la possibilité de partager ces nouvelles connaissances avec l’ensemble de la communauté étudiante (et pourquoi pas avec le reste du personnel ?!)

Haut de page

Références

Références

Ministère de l’éducation du Québec ; (2003) Programme de formation de l’école québécoise, enseignement secondaire, premier cycle  ; Québec ;

Éthier, C. (2005) Apprendre, c’est physique : Un esprit dans un corps sain, on n’a encore rien inventé de mieux. Québec science Vol. 44, page 86 à 91.

Deglise, F. (2004). La mauvaise alimentation, nouveau mal du siècle. Le Devoir, LES ACTUALITÉS, mercredi 11 février 2004, p. A4

Deglise, F. (2005). La télévision fait grossir les enfants. Le Devoir, LES ACTUALITÉS, mercredi 25 mai 2005, p. A4

Éthier, C.,Apprendre, c’est physique : Un esprit dans un corps sain, on n’a encore rien inventé de mieux. Québec science (2005) Vol. 44, page 86 à 91.

Jones, D. (2005). Le manque de sommeil peut contribuer à l’obésité. La Presser, Actuel, vendredi 21 octobre 2005, p. ACTUEL9

Des Rivières, P. (2002). Le poids des Canadiens. Le Devoir, Éditorial, vendredi 10 mai 2002, p. A6

Santé Canada. (2002) L’activité physique quotidienne : C’est amusant et bon pour la santé (Guide d’activité physique canadien). Ottawa : Gouvernement du Canada

Santé Canada. (1992) Renseignements sur le Guide alimentaire à l’intention des éducateurs et des communicateurs. Ottawa Gouvernement du Canada

Sheryl, U. (2004). Les facteurs de risques de crises cardiaques sont les mêmes pour toutes les populations. Le Devoir, LES ACTUALITÉS, lundi 30 août 2004, p.A2

Vallée, P. (2004). Maladies cardiovasculaires : Nécessaire prévention. Le Devoir, CAHIER SPÉCIAL, samedi 2 octobre 2004, p. i5

Image du film Supersize me ; http://www.imdb.com/title/tt0390521/ ; page consultée le 25 octobre 2005

PasseportSanté.Net. Passeport santé : la santé sans frontière. http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Index.aspx ; Page consultée le 9 octobre 2005

Haut de page